Accueil
Accueil  |   Plan du site  |   Glossaire |   Liens  |   Faq  |   Qui sommes-nous  |   Contact
Accueil
Accueil > Glossaire
Températures extrêmes
22 ° ( 72 ° F) min
31 ° ( 88 ° F) max
GLOSSAIRE
    A| B| C| D| E| F| G| H| I| M| N| O| P| Q| R| S| T| U| V| Z
-->  géopotentiel
-->  grand frais
-->  grand vent
-->  grain
-->  granule (de glace)
-->  givre
-->  grille
-->  gaz parfait
-->  g
-->  gaz rare
-->  gel
-->  grêle
-->  grésil
-->  gravitation
-->  grêlon
-->  gaz carbonique
-->  girouette
-->  genre (de nuage)
METEO FRANCE - gaz carbonique



Niveau d'explication : La vie, telle que nous la connaissons, n'existerait pas au sein de la biosphère sans la photosynthèse que permet d'accomplir au cours de la journée la chlorophylle contenue dans la plupart des végétaux et certaines bactéries ; grâce à ce catalyseur, les plantes vertes transforment en hydrates de carbone — donc en substances organiques — le carbone contenu dans le gaz carbonique atmosphérique ou océanique, de formule chimique CO 2 (soit deux atomes d'oxygène pour un de carbone, de là l'expression synonyme dioxyde de carbone ), et rejettent dans l' air ou dans l'eau l'oxygène O 2 ainsi libéré. Inversement, l' anhydride carbonique — nom exact du gaz carbonique — est produit par la respiration animale et, la nuit, celle des végétaux, ainsi que par la combustion des produits d'origine organique (bois, dérivés du pétrole, charbon...) et par leur décomposition. Le rôle joué dans l' atmosphère par ce corps pur composé qu'est le CO 2 (à l'état gazeux dans les conditions usuelles de température et de pression ) est donc sans commune mesure avec sa composition volumétrique , qui est de l'ordre de 0,03 % par rapport à l' air sec et le place tout de même au quatrième rang des constituants de l'air après l'azote (78 %), l'oxygène (21 %) et l' argon (0,93 %) ; cette composition peut varier quelque peu selon la nature et l'action physico-chimique des surfaces sous-jacentes. Face à ces "sources" de CO 2 atmosphérique que constituent la respiration vitale d'une part, la combustion et la décomposition organique d'autre part, les zones végétales très étendues ne forment pas en soi un véritable "puits" de CO 2 , dans la mesure où le bilan entre l' émission de gaz carbonique la nuit et la restitution d'oxygène le jour semble s'équilibrer. Il n'en va pas de même pour l'eau liquide, qui dissout le gaz carbonique : aussi les océans sont-ils considérés comme un puits de CO 2 , dont la vitesse d'action est toutefois variable et, souvent, assez lente par rapport à l'émission de gaz carbonique en provenance des sources de CO 2 . Le taux de gaz carbonique dans l'atmosphère a pu être reconstitué sur les 400 000 dernières années, grâce aux "carottes" de glace prélevées dans les calottes polaires de l'Antarctique et du Groenland. Ce taux montre des variations au cours de l'histoire de la Terre, qui ont accompagné des variations thermiques entre périodes glaciaires et interglaciaires, en partie dues, semble-t-il, à l' effet de serre produit par le gaz carbonique. L'étude la plus fine concerne les 150 dernières années : il apparaît que la teneur en CO 2 a augmenté de 30 % durant cette période, du fait des activités humaines productrices de gaz carbonique comme le chauffage, les industries, les transports..., ou destructrices des puits comme la déforestation. En effet, le gaz carbonique — de même que d'autres corps chimiques tels que la vapeur d'eau , le méthane ou le protoxyde d'azote — est un gaz à effet de serre : il empêche les rayonnements infrarouges venus de la surface terrestre de s'échapper totalement vers la haute atmosphère , entraînant ainsi un réchauffement des basses couches de l'atmosphère. Or, même si la proportion de gaz carbonique dans l'air peut sembler infime, l'augmentation de cette proportion — passée de 0,028 à 0,037 environ du début du XIX e siècle au début du XXI e — a pour conséquence une amplification probable de l'effet de serre et contribue donc au réchauffement climatique . Face à ce danger, des initiatives sont prises par certains États, voire par des organisations internationales, pour essayer de réduire la production de gaz carbonique née des activités humaines ; par ailleurs, des études sont menées sur le rôle des forêts jeunes et surtout de l'océan comme absorbeurs de gaz carbonique.


Droits de reproduction et de diffusion réservés © METEO FRANCE 2003


L'ouvrage est disponible dans toutes les librairies de Papeete au prix de 2950 CFP